poetry

Against the earth’s sweet flowing breast;
Je pense que je ne verrai jamais la po;sie d’A belle comme arbre
Un arbre dont la bouche affamée est prest contre le sein débordant doux de la terre;
Un arbre qui regarde Dieu toute la journée, et soulève ses bras feuillus pour prier;
Un arbre qui peut dans le nid de l’usage A d’été des merles dans ses cheveux;
Sur â qui neige de poitrine s’est trouv;e;Qui vit intimement avec la pluie.
Des po;sies sont faites par des imb;ciles comme moi, mais seulement Dieu peut faire un arbre.
Pienso que nunca ver; el poema de A encantador como ;rbol.
Un ;rbol que boca hambrienta es la m;s prest contra el pecho que
Un ;rbol que mira a dios todo el dia, y levanta sus brazos frondosos
Un ;rbol que puede en la jerarquia del desgaste A del verano de
Sobre ha mentido de qui;n nieve del pecho;Qui;n vive intimo con
Los poemas son hechos por los tontos como mi, pero solamente el dios
Ich denke, da? ich nie das a-Gedicht sehe, das als Baum reizend ist.
Ein Baum dessen hungrige Offnung gegen die s;sse fl;ssige Brust der
Ein Baum, der Gott aller Tag betrachtet und hebt ihre belaubten Arme

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *